En marguerites ensoleillées

Le semeur faisait sourire ses fleurs

La source de pluies inondées

Ricanait tout en douceur

 

La maison verte y prêtait son flanc

Affalées les bûches se doraient

De jaune le champs se coloraient

Sous un ciel bleu éclatant

 

En torsades ou en lignes les sillons

Alignaient le vert

Jusqu’à l’horizon

Faisant oublier l’hiver

 

Partout cette belle lumière

Autour des clôtures

En sous bois solitaires

Magnifiques bordures

 

Dans la mer bleue plénitude

Un nuage en solitude

Dans les champs croissance en gratitude

Pour cycliste en zénitude

Tu vois comme tu m’as manqué

Pour l’été j’aimerais te garder

Et toujours mon bonheur chanter

Pour Mère Nature louanger