Dès l’aube je l’ai entendu

Sur son perchoir du haut de l’épinette

Le merle à la mante rouge

Chantait les Matines.

 

Ensuite dans le parc voisin

Des pissenlits allumaient leur soleil

Et des enfants aux éclats de rires

se balançaient joyeusement

 

Et dans ma promenade en campagne

Le sol buvait ses dernières pluies

Tandis que un vert nouveau

S’installait en haut des arbres

 

Et en murmures printaniers

Les ruisseaux cascadaient entre les cailloux

Sous les regards des carouges

Aux aguets de leurs nichées

 

Sur le boulevard des gens montraient leurs dents

Avec des sourires mordant dans les rayons de soleil

Sur l’eau des vaguettes dansaient sous le vent

Et des coureurs goutaient l’air chaud de mai

 

Sur le patio la première gorgée de bière

pétillait sur nos papilles rieuses

Et des outardes retardataires pointaient vers le nord

Avec leurs cris sans ritournelles

 

Et sur l’horizon s’étiraient de beaux nuages

Flottant dans la lumière orangée

D’un soleil enfin heureux

De s’étendre plus loin sur l’ouest

Tandis que sur le toit de la maison

Le merle à la mante rouge

Récitait les Complies

Avant son repos nocturne.

ajb Mai 2017