Au gré du vent

des côtes

des collines.

Au gré des oiseaux

des coccinelles

des grillons

Au gré des couleurs

l’or du blé doré

les poireaux vert foncé

le jaune verge d’or

le blanc d’un joufflu nuage

Au gré du chaud soleil

de l’ombre fraîche

de l’air frais du ravin

d’un parfum de trèfle

Au gré de l’effort valorisé

d’un laisser-aller zen

d’un rêve méditatif

d’une dégustation de cerises

Le flâneur est reconnaissant

de son espace magique

de son plaisir partagé

voir/sentir/toucher/entendre/goûter

AJB Août 2019