Mon plaisir, encore ce matin…..

La joie d’entendre sur mon parcours le chant des oiseaux….j’ai comme l’impression de pédaler dans un espace « concert » au Centre des Arts en me baladant dans les allées de la grande salle Wilfrid-Pelletier ou dans la Maison symphonique de Montréal.

Chaque coin de rue, dans les fonds de cour, dans les arbustes, les haies de cèdres, les érables dénudés, sur les toitures des maisons, en trémolos, en vrilles, en adagio, allégro, etc.des chantres du réveil du printemps créent des harmonies stimulantes.

Seules deux artères font des sons inconfortables,la 105e Avenue et le Boulevard de Shawinigan-Sud…. (comme des quinte de toux dans les salles de concert), lorsque une auto ou camion passe et me déconcentre de cette poésie printannière qui se chante pendant que j’écoute sur mon siège à roulettes.

Bientôt lorsque que mai sera venu, dans mes terres rangs St-Pierre et St-Michel, où je n’ai accès qu’au chemin commun, mon décor sera élargi et les oiseaux ne seront que des flèches sonores et colorées. Quelques solistes sur des fils me regarderont comme le chef d’orchestre qui les mets sur « pause » le temps de ma roulade sous leurs plumes joyeuses. Et, quand j’arriverai autour de la fosse aquatique au pied de la côte à Milette….je jouirai d’enentre la friture printanière des jeunes grenouilles dans les grandes herbes qui bordent l’étang où le carouge à épaulettes fait son nid. Quel beau plaisir anticipé !

Et cette inspiration à cause d’une image qui illustre les utilités modernes et de circonstance des oreilles chez l’humain. * Si jamais cela m’arrivait…..dans mes écouteurs j’écouterais de la musique de chants d’oiseaux…..

Voir la photo….ci dessous. (Retenir les cheveux, soutenir les lunettes, accrocher un masque,

s’isoler des bruits environants, écouter sa propre musique )

A J Bordeleau. 27 avril 2020.